Image default
Vie pratique

La nouvelle théorie du Compostage total

Dans un verre à moitié vide, on peut y voir un verre à moitié plein,tout est une question de regard. C’est en ce changement de regard que je vous propose de redécouvrir le monde de la pollution. Pollution ou… compostage total: deux regards.

Le compostage total est la pratique qui consiste à jeter là ou on est un objet qui nous encombre.

Par la pratique du compostage total, on retire l’idée même de pollution. Celle-ci étant une pure création inutile de l’homme pollueur pour diviser ses rangs en deux: ceux qui polluent et les autres. Pour démontrer que la pollution n’est rien, nous allons utiliser le théorème de Christophe :

Théorème de Christophe:
tout objet laissé à lui-même tend à se dégrader par la meilleure des façons.

Dans notre lutte pour la vérité, nous vous avions dévoilé que la majorité de la « pollution » provenait non pas de la création d’un objet, mais de son transport et de son retraitement. En effet, un objet qu’on ne déplace pas, est un objet laissé à lui-même et qui se dégradera comme la nature l’a choisi, donc bien.

Rappel: Jeter, un geste vieux comme l’animal

On jette ce qui nous encombre, comme un vieux trognon de pomme. Il ne nous sert plus à rien pardis ! On a manger la chair, le trognon doit retrouver sa terre mère le sol. Pour un animal, d’autant plus un primate comme nous, saisir le fruit sur l’arbre puis le jeter est notre quotidien depuis des siècles.

Les deux pousses préhenseurs que nous avons au bout des mains sont adaptés, au poil, à saisir. Saisir les fruits, saisir les légumes, saisir les branches, saisir nos congénères ou encore un baton au sol, c’est physiologique.

Mais saisir une batterie de voiture, un stylo en plastique et une poussette, c’est très récent !!! Ces objets manufacturés sont composés d’éléments synthétiques coir même artificels. Jeter ces objets dans la nature, est-une pollution ou non ?

Les pollueurs sont les fabriquant de batterie, pas ceux qui les abandonne

Je voudrai vous amener à penser autrement la pollution, comme celle d’eau batterie dans une mare d’eau clair. Certes c’est dégueulasse et l’eau devient sale, mais que faire de cette batterie ?

L’amener à la déchetterie on me répondra. (1 déplacement) La déchetterie va l’envoyer dans un centre spécialisé en camion (1 autre déplacement) qui va utiliser des machines puissantes (encore utilisation de carburant) et de produits toxiques, le tout manipulé par des employés venu en voiture (encore du déplacement)… le tout est bien supérieurement pollueur que de la laisser sur place.

Cette exemple est scandaleux ? Non, il est honnête. Le pollueur c’est le fabriquant de l’objet, car sur lui repose la volonté de faire le mal. Les utilisateurs, à ce niveau, ne sont que des victimes. Elles pourraient ne pas acheter le produit, certes, mais les médias et la pub sont actuellement trop puissants pour que le libre arbitre des moutons puisse les éclairer.

Enfin est-ce qu’une batterie se retraite ? je ne suis pas sur. Si c’est comme les plastiques qu’on envoie en Inde ou qu’on enfouit, alors le problème de retraitement n’est que déplacer, jamais supprimé.

Autres articles

Le mobilier renforce : une necessite pour les etablissements de prise en charge de l’autisme

administrateur

Fabriquer un bac à compost de manière simple

Irene

Composter ses papiers confidentiels

Irene

Le Bio et le compostage

Irene

Compostage sous la neige !

Irene

Quelles litières d’animaux peut on composter ?

Irene