Image default
Vie pratique

Les bacs à compost, inutiles et polluants

Qui n’a pas remarqué ces bacs à compost qui fleurissent au fond de nos jardins ? Ils sont pourtant de plus en plus nombreux à pousser, tels des champignons après une journée printanière pluvieuse. Est-ce rassurant pour autant ? C’est ce que nous allons voir…

La technique qui a tout saboté

On ne le pépètera jamais assez, le compost ne date pas de l’invention du bac à compost. Le compost est une technique vieille comme l’humain, voire même d’avant. Cependant on entend dire ça et là que le renouveau serait apparu avec la mise en vente de « bac » sans les années 1990. On nous annonce même que ça serait la seule technique pour composter ses déchets de cuisine (restes de midi, trognon de pomme), son herbe de tonte ou encore les branchages que donne le tilleul.

Seule technique ?? Non, surement pas. C’est la technique qu’on nous vend comme la plus adéquat et la plus répandue pour composter. Mais ces bacs cachent autre chose : la misère de la propriété terrienne. Jadis, le compostage en tas, sauvage et anarchique étaient répandus à hauteur de 80% de la population. On est loin des 20% d’aujourd’hui. Pourquoi en sommes-nous si loin ? Car on nous interdit nombre d’alternative bien plus intéressantes.

Je ne sais pas comment est-ce qu’on arrive, sans rougir, à vendre tant de bac en plastique. Le compostage se veut un droit de l’homme, quelquechose que l’on fait depuis la nuit des temps et cela instinctivement. Comment tant de bétises pour arriver à l’utilisation de plastique polluant à l’extraction des matières premières, à la fabrication et au transport (puis au recyclage…). C’est quand même fou, vous ne trouvez pas ? Fou de devoir dépendre de plastique ou de bois traité qui ont fait 500km voir bien plus. Renseignez vous, mes petits, sur tous ces bacs écolos et faites moi un rapport honnête et sincère de la situation.

polluant à l’extraction des matières premières, à la fabrication et au transport (puis au recyclage…)

La complexité en plus

Le pire, dans l’installation des bacs et leur « utilisation » c’est la complexité qui en découle. Nous trouvons et nous alarmons la pollulation quant à toutes ces règles, intelligentes certes dans quelques cas isolés, mais néanmoins contraignantes et qui poussent nombre de citoyen à arrêter le compostage. Cette complexité tue le renouveau de la terre. Il y a beaucoup trop de règles, de contraintes et de lois alors qu’on ne fait que composter.

Un bac à un volume prédéfini, une certaine aération, un accès limité aux animaux sauvages… Un bac ? que dis-je… souvent c’est 3 ou 4 bacs qu’on voit alignés. Et puis faire un compost en bac, ça pose une norme et une règle intrinsèque : « Le compostage se fait en bac donc on ne peut pas composter sans bac ». Quelle tristesse ! Redonnons de l’air à nos déchets, c’est 100% prouvé que ça retourne à la terre.

Cette complexité tue le renouveau de la terre

La honte du jardin

Faire un jardin, c’est s’occuper de la terre pour qu’elle nous donne fruits et légumes. J’entends souvent les gens qui refusent d’y incorporer des produits chimiques et dévastateurs. C’est très bien ! Mais alors pourquoi gâcher tout ce beau travail par un bac à compost en plastique ? Le potager n’en a pas besoin. Il a besoin de petites zones de compostage en tas. Rien de plus.

Nous avons reçu des témoignages de personnes qui n’aiment pas la vue des déchets dans leur potager. J’avoue que voir tronner une peau de banane n’est pas glorieux. La solution est de saisir fourche-bêche et d’incorporer les déchets à la terre. Un petit tas de terre par dessus les déchets et hop, le tour est joué. Les petits animaux (taupes, sangliers…), champignons, de bactéries et vers de terres, tout la faune environnante se chargera de recycler tout ce qu’on leur donne à la perfection . On appelle cela la « respiration de la terre ». De quoi s’intéresser au compost en tas…

Commentaires

de Bertrand
Tout à fait d’accord, je dispose d’un bac en bois fait maison avec du bois non traité car avec un potager essentiellement en carré, les tas ne sont pas faciles à faire, mais effectivement, ces tonnes de plastiques et de bois voyageur commercialisées pour le recyclage relève d’une parfaite absurdité, mais le business n’est pas à une absurdité près? La preuve par le 1er commentaire.

de Hugues
il y a encore beaucoup de choses à dire sur les bacs à compost, ,notamment leurs compositions, leurs durée de vie, leur biodégradabilité.., merci de complèter..

de Jenkid
Félicitation pour la création de votre site, je vous suis oculairement dans votre démarche !

de JeanP
Bonjour, vous êtes vraiment critique et les solutions que vous apportez sonu dignes du moyen-age. Nous sommes au 21è siècle. Il faut évoluer.

Autres articles

Nager comme un poisson dans un compost

Irene

Compostage en pieds d’immeuble

Irene

Courant d’air et porte claquée : 5 façons d’ouvrir une serrure sans vos clés

Emmanuel

Entre poubelles et composteurs, la guerre des nuisances !

Irene

Et si l’on compostait… en Creuse !

Irene

Les associations et le business du compostage

Irene