Image default
Vie pratique

Les déchetteries, une solution de facilité

Une armoire se casse, un frigo s’arrête, victime de l’obsolescence programmée d’un de ses composants facilement réparable, un matelas se rigidifie, un vélo rouillé ? Voilà la déchetterie qui vous ouvre les bras. Courrez y transporter vos encombrants et balancer vos déchets dans les bennes prévues à cet effet. Il est tellement grisant de perdre la responsabilité d’un objet et encore plus quand il nous encombre !

Mais a t-on réfléchi qu’avant de se soulager en nous en débarassant, nous aurions pu soit ne pas l’acheter soit en prendre un plus petit ?
Et surtout, pourquoi n’essayons nous même pas de le réparer ?

La déchetterie, raisons d’existence

En fait, la réponse à ces questions est simple : nous sommes tous englués dans une frénésie consommatrice qui nous oblige à acquérir un objet toujours plus performant. Forcément, nous n’allons pas chercher à réparer un frigidaire qui consomme 10 fois plus que le nouveau modèle à un prix inférieur.

La déchetterie semble donc une solution évidente et facilitante puisqu’elle nous évite, finalement, de tout jeter n’importe où.

Dans une déchetterie, le tri règne en maître. Enfin, voyons ça de plus près :

Il y a l’endroit réservé aux piles, batteries. Celui des pots de peintures, celui des livres, de l’electroménagers, de l’électronique. Ensuite, cela se complique. Ou plutôt, les dénominations des bennes se simplifient. Je comprends la dénomination gravat, bois, papiers, cartons, métal et même déchets verts mais que signifie donc ce « incinérable » ou cet « enfouissable » qui rôde dans un coin et monopolise les objets de la plupart des usagers ?

Un monde à enfouir ou à incinérer.

La plupart des objets de notre quotidien sont victimes de l’assemblage subtils de nombreux composants. Il s’avère ainsi impossible de les trier dans des cases bien précises. Pour cela, il faudrait pouvoir les démonter. Et qui a envie de démonter une machine qu’il tient par une lanière à 2 cm de basculer dans le vide de la benne ? Personne Autant s’en débarrasser. Finalement, hors du recyclage, tout le débat revient à l’alternative : enterrement ou incinération ?

Là où le plastique règne en maître, la pollution est reine.

Le pire est de retrouver des déchets tout à fait réutilisables dans ce genre de bennes. La fainéantise ambiante rend les hommes incapables de songer à leur prochain qui pourrait tout à fait se contenter de ces habits, ce jouet ou encore cet ustensile bien pratique. Il est urgent de se resensibiliser aux nouveaux systèmes d’échanges locaux, type trocs et monnaies locales, de revenir aux valeurs de dons solidaires à des associations caritatives, des friperies, des ressourceries, bref des endroits où le partage règne en maître.

S’affranchir des services publiques

Il est aisé de s’appuyer sur des collectivités pour gérer ce qui est sous notre responsabilité. Outre les excuses que l’on pourrait, à la rigueur comprendre, vis à vis des produits très élaborés (électroménagers, électroniques) qu’il nous est difficile de recycler par nous même, il est inadmissible de rester passif face à ce qui nous est accessible.

Je veux ici parler, en particulier, des déchets verts.

Peu de gens sont aujourd’hui conscient du scandale des plate formes de compostage. Dans la frénésie actuelle de l’industrialisation, il ne nous vient même plus à l’idée de composter car la tentation de tout confier à des professionnels est trop forte. Surtout, il nous devient odieux de voir des déchets se dégrader devant nos yeux alors que ce processus est tout ce qu’il y a de plus naturels depuis des millions d’années.Tout cela est une farce dont nous ne pouvons plus rire.

Composter sur du béton, c’est le monde à l’envers.

Oublier les déchetteries pour revenir à un mode de vie simple

A t-on réellement besoin des déchetteries ? Je vous répondrais simplement. Non. Actuellement, certes, elles sont le résultat logique d’une production affolante. Mais par le futur, elles ne seront pas plus utiles que les incinérateurs, les usines de traitement des eaux ou les stations services. Car il ne nous est pas nécessaire de posséder tous ces produits que nous ne sommes pas capables de réparer nous même.

Les déchetteries sont les soupapes d’un système de gaspillage organisé.

Qu’est ce qu’une étagère ? Un assemblage de planches, un matelas ? Un sandwich de couvertures aux plumes. Un frigo ? Une technique de refroidissement évoluée pour remplacer le salage, la consommation directe, la conservation sous la terre…

Bientôt, on s’affranchira de ces déchetteries car on aura compris que la seule possibilité de survivre est de se tourner vers la sobriété, la consommation douce, le retour vers la nature et la décomposition lente. Comprenez et agissez.

Autres articles

Peut-on composter le caca humain ?

Irene

Rats et souris, légitimes dans le compost ?

Irene

Quand faut-il changer de sommier ?

Claude

Le logement social en France analysé par Sylvie Laroche

Tamby

Mode d’emploi de la mise en place d’un lombricomposteur

Irene

Sortir de la bin-addiction ou addiction aux sacs poubelles

Irene