Image default
Rénovation

Les infos essentielles a connaitre avant de demarrer votre projet de renovation energetique

La rénovation et l’optimisation énergétique des logements est l’un des défis majeurs que notre société doit relever, tant pour des raisons écologiques et économiques que d’indépendance énergétique. En effet, les systèmes de chauffage peu performants et les isolations défaillantes sont responsables d’une part importante des émissions de GES, qui contribuent au réchauffement climatique.

Sur le plan économique, le chauffage représente une part de plus en plus importante du budget des ménages, les prix de l’énergie subissant une hausse continue et structurelle, amplifiée par les soubresauts géopolitiques. Enfin, cela peut contribuer à réduire notre dépendance à l’énergie provenant de l’étranger et d’origine fossile. Réaliser de tels travaux sera aussi vecteur d’une amélioration notable du confort et du bien-être des occupants de la maison. Avec en prime une réduction notable des factures et de l’impact environnemental.

Mais se lancer dans un projet d’optimisation énergétique de la maison n’est pas sans difficultés et représente un investissement important. Heureusement, les différentes étapes à suivre sont aujourd’hui bien maitrisées, et de nombreuses aides et subventions peuvent vous aider significativement pour financer vos travaux. On fait le point dans la suite de cet article.

Le DPE : un outil indispensable pour évaluer la performance énergétique de votre logement

Le diagnostic de performance énergétique (DPE) est un document qui sert principalement à estimer la consommation d’énergie et les taux d’émission de gaz à effet de serre d’un logement ou d’un bâtiment. Il sert notamment à identifier les passoires énergétiques (étiquettes F et G du DPE), ou en d’autres mots, à designer les logements qui consomment le plus d’énergie et/ou émettent le plus de gaz à effet de serre.

Le DPE est donc une étape fondamentale et sine qua none à réaliser avant de démarrer votre projet, qui se révèlera utile à plusieurs titres. Il permet en premier lieu d’informer l’acquéreur ou le locataire sur la “valeur verte” du logement, en clair, son niveau de performance énergétique et climatique, exprimé par des étiquettes allant de A (très performant) à G (très peu performant). Il servira également de support pour établir une recommandation des travaux à réaliser pour améliorer la performance énergétique du logement (isolation, chauffage, ventilation, éclairage, etc). Elle s’accompagnera d’une évaluation de leur coût et de leur efficacité.

De plus, il inclura une estimation des charges énergétiques du logement, calculée en fonction de la consommation annuelle d’énergie et du prix des différentes sources d’énergie (électricité, gaz, fioul, etc.). Enfin, et surtout, il ouvre l’accès aux aides financières disponibles pour la rénovation énergétique, comme Ma PrimeRénov’, l’éco-prêt à taux zéro ou les certificats d’économies d’énergie.

La réglementation en la matière est stricte : le Diagnostic de performance énergétique doit être réalisé par un professionnel qualifié RGE (Reconnu garant de l’environnement), qui vous délivrera un certificat de performance énergétique (CPE) et des recommandations de travaux. Sa durée de validité est de 10 ans et il devra être tenu à la disposition de tout candidat acquéreur ou locataire qui en fait la demande, dès la mise en vente ou en location du logement ou du bâtiment.

L’isolation extérieure.

En optant pour ce procédé qui consiste à envelopper les murs de votre maison d’un matériau isolant, vous évitez les pertes de chaleur en hiver et les excès de chaleur en été. C’est l’une des premières étapes à envisager pour optimiser la performance énergétique de votre logement, car les murs sont responsables de jusqu’à 25 % des déperditions de chaleur.

L’isolation extérieure offre de nombreux bénéfices :

  • Elle améliore le confort thermique et acoustique, en protégeant votre maison des variations de température et des bruits extérieurs ;
  • elle diminue votre consommation d’énergie et vos émissions de gaz à effet de serre, en réduisant vos besoins en chauffage ou en climatisation ;
  • elle valorise votre patrimoine immobilier, en embellissant et en renforçant votre façade ;
  • elle conserve votre surface habitable, a contrario de l’isolation intérieure qui empiète sur l’espace intérieur ;
  • elle supprime les ponts thermiques, c’est-à-dire les zones sur lesquelles l’isolation est défaillante, comme les raccords entre les murs, les fenêtres ou les planchers.

L’isolation extérieure peut être réalisée avec différents matériaux, comme le polystyrène, la laine de roche, le liège ou le bois. Elle peut également s’associer avec différents types de finitions, comme l’enduit, le bardage ou le parement. Le choix du matériau et de la finition dépendra bien sûr de vos préférences et de votre budget, mais aussi des contraintes techniques ou encore réglementaires de votre projet.

Les autres travaux de rénovation énergétique à envisager

En plus de l’isolation extérieure, vous pouvez réaliser d’autres travaux pour améliorer la performance énergétique et le confort de votre maison et vous permettront, eux aussi, de faire des économies d’énergie importantes. Par exemple, changer vos fenêtres par des modèles plus isolants à double vitrage, qui réduisent les pertes de chaleur et les courants d’air, peut vous faire économiser jusqu’à 15 % d’énergie.

Remplacer votre système de chauffage par un équipement plus performant et plus respectueux de l’environnement, comme une chaudière à condensation, une pompe à chaleur ou un poêle à bois peut aussi être une bonne idée. En effet, il est possible d’économiser jusqu’à 30 % d’énergie en passant d’une chaudière ancienne génération à une chaudière à condensation.

Autres possibilités : mettre en place une régulation et une programmation du chauffage, afin de régler la température selon les besoins et les horaires. De quoi économiser jusqu’à 25 % sur votre consommation énergétique. Ou encore, installer une ventilation mécanique contrôlée (VMC), qui, en plus de réduire jusqu’à 10 % d’énergie, assure une bonne qualité de l’air intérieur et prévient les problèmes d’humidité et de moisissures.

Ces travaux peuvent être réalisés en même temps que l’isolation extérieure ou par étapes, en fonction, de vos priorités et de votre budget disponible. Rappelons que pour soulager ce dernier, de nombreuses aides financières peuvent être sollicitées auprès de l’état et des collectivités pour financer vos projets de rénovation énergétique, sous certaines conditions.

Autres articles

Papier peint et revetement de sol : comment les choisir ?

administrateur

Pourquoi opter pour un portail en aluminium pour sa maison 

Emmanuel

3 astuces à adopter pour offrir une touche d’authenticité à la cuisine

Emmanuel

Domotique et automatisation des volets roulants : une révolution du quotidien

administrateur

Comment réaliser des économies d’énergie dans votre habitat ?

Emmanuel

Quels sont les différents types d’encadrement ?

Emmanuel