Image default
Vie pratique

Vous êtes pris en flagrant délit de compostage anarchique : que faire ?

Contrairement à une interrogation officielle par les forces de l’ordre : vous n’êtes en aucun cas tenu de décliner votre identité, d’en fournir un justificatif ou encore de donner votre adresse et votre profession. Vous êtes un(e) homme/femme libre devant un(e) autre homme/femme libre. Les positions hiérarchiques sont égales, personne n’est plus légitime d’avoir une quelconque autorité sur l’autre.

–Comportement général à adopter–

Un maître composteur anarchique est tout à fait légitime dans son action. Il est en droit de faire ce qu’il fait : c’est au contraire l’assaillant qui ne composte pas qui peut s’avérer être en tord. Mais il n’est pas question de le lui reprocher. Ce que vous avez à faire, c’est d’être respectueux envers votre interlocuteur et de le rassurer sur ses peurs face à votre action.

Votre comportement se doit donc d’être ferme, sûr de soi, légitime et vous devez vous prétez bien volontiers à des explications détaillées quitte à inventer des autorisations, des justifications plausibles.

Attention cependant à ne jamais partir dans des explications idéologiques ou de parler de convictions fortes avec un agresseur opaque au compostage : cela ne ferait qu’accentuer sa rage face à votre audace.

— Que répondre à…?–

« Que faites vous avec une pelle et un seau ? »

Bonjour ! Je fais du compostage ! (toujours être au plus proche de la vérité)
Vous savez en quoi cela consiste ? (explication)
Oui ? Et vous, vous en faites ?
(questionner pour impliquer l’autre dans la démarche)

« Et vous compostez quoi ? Savez vous qu’il y a des déchets non compostables (comme les bananes et les oranges (sic!!))? »

Je composte surtout des épluchures de fruits et légumes (ne pas détailler et surtout, ne pas confronter les préjugés des autres sur le compostage, ce n’est pas l’objectif d’une première rencontre)
J’ai conscience des déchets à (ne pas) composter, j’ai suivi une formation avec l’association « Compost en Or », je suis maître composteur. (parler en tant que professionnel)

Attention : comme un sac à main, le contenu d’un seau à compost est confidentiel ! Ne montrez jamais l’intérieur de votre bac à composter.

« Vous compostez sur une parcelle privée, en avez vous conscience ? »

Oui ! J’ai reçu l’autorisation des personnes en charge de la gestion de l’espace vert / des agents communaux. Ils m’ont précisés que tant que cela restait esthétique, cela ne dérangerait personne. (être rassurant, sûr de soi)

« Vous posez des déchets mais est ce qu’ils se dégradent ? »

Oui ! Tenez aujourd’hui, j’y suis retourné et les déchets que j’ai déposé le mois dernier sont tous intégralement décomposés !

« Vous compostez mais vous n’utilisez pas la terre produite, elle va s’accumuler ! »

Les agents de la ville m’ont précisés qu’ils pourraient utiliser la terre en place, la repartir sous les haies à proximité ou replanter les arbres manquants sur la parcelle.

« Ca va sentir mauvais ! »

Je prends bien soin d’enterrer mes déchets et de respecter un bon équilibre humique pour mon compost. J’ai suivi une formation auprès de Compost en Or et je sais faire un compost sans que cela sente mauvais.

Posez vos questions et le staff de Compost en Or sera ravi de vous aider à y répondre !!

Autres articles

Le Service Après Vente du lombricompostage

Irene

Climatisation : quels types et quels moyens d’installation chez soi ?

Emmanuel

Le compostage en tas

Irene

Nos conseils pour bien refaire votre chambre de A à Z

Claude

Guide pour choisir un nouveau matelas

Claude

Comment trouver un bon ramoneur sur Paris ?

La rédaction