Image default
Vie pratique

Les orties, urticantes pour les uns, délicates pour les autres

Victime de pseudo-législations strictes, d’arguments commerciaux contradictoires, de croyances populaires désuètes, l’ortie s’impose maintenant comme LA reine du jardin. Et, bien sûr, la reine des plantes activatrices de compost. Nous verrons même qu’elle séduit même les papilles des plus courageux !

Une ortie, qu’est ce que c’est ?

On peut forcément se moquer de ceux qui n’ont jamais entendu parler d’orties. Cependant, cela deviendra, dans les générations qui viennent, de moins en moins risible. Comment en vouloir à des enfants qui n’ont vu de la nature que ces squares gazonnés en plein centre ville ? Et qui ne voient de la campagne qu’une vague forêt, un village sans aucune attraction, une culture si particulière et éloignée de leur quotidien ?

Qu’importe que ce soit un sapin ou un mélèze, tant qu’il ne me tombe pas sur la gueule !

Une ortie est donc cette plante verte, munie de feuilles assez caractéristiques (voir photo) que l’on trouve en bordure de chemin, sur certains chantiers ou bas côtés de route et qui est réputée pour être très urticante en cas de contact agressif.

Elles peuvent mesurer de 0 à 2 m selon les espèces. Ses fleurs sont de couleurs blanches.

A quoi servent les orties ?

Forcément quand, en pleine ballade dans la forêt, on se vautre dans un buisson d’ortie à cause d’un simple lacet défait, on ne va pas se mettre à philosopher sur le pouvoir fertilisant de ces plants.

Et bien, c’est très dommage ! L’ortie est, à l’heure des découvertes actuelles, la plante la plus puissante en terme d’aide au jardinage. Ses vertues vont de la simple fertilisation à la prévention contre maladies et insectes en passant par un pouvoir activateur de décomposition pour le compost et un atout gastronomique inespéré. Il suffit de s’attacher à les cueillir avant leur floraison et de savoir comment les préparer pour les accommoder aux mieux avec vos besoins.

« Fertilisant, Insecticide, Fongicide, Ingrédient de choix en cuisine, Activatrice de compost, l’ortie est hyper polyvalente ! »

La récolte des orties

Avant toutes choses, prenez des gants. Les orties sont taquines. Et vous aurez beau suivre des cours de Yoga botanique pour apprivoiser le contact humain-ortie, elles arriveront toujours à trouver aggressif la façon dont vous les décapitez.

« Même après dix ans de Yoga Botanique, les orties me piquent toujours, comme si elles trouvaient aggressif la façon dont je le décapite »

Afin de sectionner au mieux la plante, prenez une paire de ciseaux. Les couteaux, trop imprécis, risquent de provoquer des écoulements de sèves et donc une diminution du rendement de la plante.

La récolte des orties dépend évidemment de leur utilisation. Elles ne doivent cependant jamais être fleuries !

  • Pour le purin d’ortie, l’activation de compost ou la fertilisation, sectionner le plant à 2 feuilles de la racine
  • Pour une préparation culinaire, ne prélever que les 5 premières feuilles (feuilles de « têtes ») afin d’éviter l’amertume des feuilles plus anciennes. Préférer également les plantes de grandes tailles (supérieures à 60cm)

Ensuite, stockez le tout dans un seau que vous aurez pesé de façon préparatoire.

Préparation du purin d’orties

Attention ! Une odeurest susceptible d’émaner du purin d’ortie que vous allez préparer. Nous conseillons, avant toute chose, d’avoir un endroit bien aéré et un contenant adapté avant même de commencer la mixture.

La recette est simple, 4 choses à avoir :

  • Un seau (mais vous l’avez déjà puisque vous avez mis les orties dedans)
  • Un bac de minimum 10 L pour stocker le mélange : n’utilisez pas de bac métallique !! Le contenant doit être en bois ou en assimilé plastique.
  • 10 L d’eau pour 1 kg d’orties (ou 5 L pour 500g)
  • Un bâton pour mélanger

Mélanger l’eau avec les orties et attendez. Un temps suffisant.

« Les impatients arrivent toujours trop tard » : Jean Dutourt

Utilisation du purin d’ortie

Le purin d’ortie a trois utilisations majeures : l’insecticidation ou la fongicidation, la fertilisation et l’activation de compost. Tout dépend du temps que vous le laisser macérer et de la dilution qui va suivre avant son utilisation.

–Pour lutter contre les insectes et les champignons —

Temps de macération : Maximum 48h puis stockage dans un bidon en plastique fermé.

Dilution:

  • 5 % (50mL de purin d’ortie pour 1L d’eau) pour usage aérien
  • 20% (200mL de purin d’ortie pour 1L d’eau) pour un usage au sol

Ensuite, appliquer le mélange obtenu à l’endroit voulu à deux reprises minimum, espacés de 2 mois.

–Pour fertiliser–

Temps de macération : 2 semaines est un temps idéal de macération, il peut être plus ou moins long selon l’odeur.

Dilution:

  • 5 % (50mL de purin d’ortie pour 1L d’eau) pour usage sur des plants intérieurs (type de balcon)
  • 20% (200mL de purin d’ortie pour 1L d’eau) pour un usage avant plantation:
  • 15% (150mL de purin d’ortie pour 1L d’eau) pour un usage pendant la croissance de la plante
  • 10% (100mL de purin d’ortie pour 1L d’eau) pour un usage après la floraison

Le mélange peut être appliqué 1 fois par mois durant la période de croissance de la plante puis descendu à 1 fois tous les 2 mois après sa floraison.

La quantité à utiliser dépend de la taille de la plante. Un arbre peut en consommer 10L, une plante, moins de 50cL par application.

–Pour l’activation du compost–

Temps de macération : Jusqu’à ce que l’odeur soit trop forte

Dilution: Aucune

Verser directement le purin d’ortie pur sur le compost en respectant l’équilibre carboné du compost.

Le purin d’ortie : un point sur la législation

Longtemps diabolisé par la loi, personne ne comprenait réellement la raison de cette mise au pilori. Jusqu’a ce que la réponse financière apparaissent clairement sur le papier : toute utilisation de produits phytosanitaires est censée être agréée par un organisme commercial, c’est à dire par le magasin chez qui vous allez l’acheter.

Et si je ne veux pas l’acheter mais le faire moi même ?
« Interdit ! » Vous dit la loi.
Mais qui irait vérifier dans les millions de jardin français que vous faites réellement votre propre fertilisant ? Et si quelqu’un vous oppose une quelconque loi en voyant votre liqueur d’ortie dans un coin du garage, qu’aura t-il à vous opposer à votre réponse franche et convaincante :

« Le purin d’ortie ? C’est un très bon activateur de compost ! »

Et celui qui interdira de faire son compost et d’y mettre la décoction qu’il souhaite, celui la n’est pas encore né !

Manger les orties

Quel commerce serait assez fou pour faire la publicité d’une plante que l’on trouve si facilement à l’état sauvage, la rendant ainsi accessible à tous gratuitement ? Personne évidemment.

Sauf sur ce site où nous n’avons aucun intérêt à vous faire payer pour avoir de l’information de qualité. L’ortie, nutritivement parlant, est une plante très riche en vitamines (10 fois plus de vitamine C que l’orange), protéines, oligo éléments et acides aminés. Bref, d’un intérêt sans pareil.

L’homme est une ortie pour l’homme.

La façon de l’accommoder avec votre alimentation est simple, vous avez le choix entre :

  • Rouler et écraser vos orties entre vos mains (gantées) pendant quelques secondes
  • Cuire pendant 1 minute dans de l’eau bouillante les orties puis mélanger la pâte obtenue avec vos recettes préférées.
  • Cuire les orties à étouffés avec des légumes
  • Cuire les orties à la vapeur
  • Sécher l’ortie puis la broyer pour la saupoudrer ensuite sur vos plats

L’ortie s’accommode avec tous les plats et vous fait bénéficier de ses bienfaits généreusement.

Et puis, au final, vous pouvez même composter les restes de plats qui en contiennent, sans aucun risque pour la faune du compost !

Autres articles

Compostage sous la neige !

Irene

Et si l’on compostait.. en Gironde ?

Irene

Le Service Après Vente du lombricompostage

Irene

Les bacs à compost, inutiles et polluants

Irene

Que faire des coquilles d’oeufs ?

Irene

Comment nettoyer et désinfecter un appartement Diogène 

Emmanuel